L'interview de la semaine Gil Raconis

 
Post new topic   Reply to topic    www.asphalte-protection.com Forum Index -> Les interviews de spécialistes -> Interviews / Rencontres
Previous topic :: Next topic  
Author Message
Christophe
Animateur

Offline

Joined: 17 Feb 2007
Posts: 555
Localisation: Belfort / Paris

PostPosted: Wed 28 Feb - 00:25:06 (2007)    Post subject: L'interview de la semaine Gil Raconis Reply with quote

Monsieur GIL RACONIS
Article d'archive sécurimag

Sur notre droite , à quelques deux cents metres de distance, la voiture et son pilote sont immobiles. Le vent glacial, qui nous découpait le visage, semble être soudainement tombé: l'air est comme suspendu. Toute la scène qui s'étale devant nos yeux paraît figée et nul d'entre nous n'ose prononcer une parole. Brusquement, l'image se met en mouvement à la vitesse de l'éclair tandis que s'élancent vers l'obstacle, Gil et son infernale machine. La voiture, véritable monstre de ferraille, avale les quelques mètres qui la sépare du choc final encore plus vite que notre esprit peut l'enregistrer tant nous freinons mentalement l'inévitable. Devant nous, plus rien ne sépare l'instant de la frappe... et l'enfer se déchaîne. Le bolide semble propulsé
vers l'avant comme si la présence d'une main sournoise le poussait à aller encore plus loin dans sa percussion.
Il paraît évident que seul, une parfaite maîtrise de la technique et une domination complète de soi permet à Gil de réaliser une fois de plus un tel résultat de précision... ...Face à nous c'est le déchirement total. Les ferrailles s'enchevêtrent, se disloquent, se tordent et s'en vont mourir sur une dernière note de vacarme assourdissant. Nous reprenons alors le mécanisme de notre souffle, un court moment interrompu, tandis que le «Maître» de ce spectacle inoubliable surgit par la portière de sa voiture tout sourire dehors, casque sous le bras et calme comme une mer d'huile.
Force est d'admettre qu'autant de détermination face à un obstacle, avec cette précision de manoeuvre, est la preuve incontestée d'un grand talent professionnel et d'une technique parfaitement rôdée.
Voici en quelques pages en état de choc, le portrait d'un homme remarquable: Gil RACONIS, l'histoire du balladin de la cascade devenu instructeur en conduite de sécurité. Attachez votre ceinture! et prenez place pour un tour de tremplin...

ITINÉRAIRE D'UN ENFANT CASCADEUR

Si la liste des cascadeurs français se résume à quelques glorieux noms, Gil RACONIS en assure la lignée du haut du pavé, avec 17 années d'expérience professionnelle auréolées de titres, de victoires, de records et d'aventures sur fond d'audace renouvelée.
Il n'a que 16 ans et sa volonté de vaincre quand il débute dans la voie qu'il a choisi et qui va devenir «sa vie d'artiste».
D'ailleurs, histoire de souligner la précocité du personnage, le jour de son passage à l'examen du permis de conduire, notre jeune homme un peu turbulent roule déjà sur deux roues, exécute des tonneaux et même percute... Précoce l'animal!
A cette époque, les cascadeurs organisaient eux-mêmes leurs démonstrations, allant de ville en ville et semant le frisson au sein des foules agglutinées venues en prendre plein les yeux... Spectacles de tonnerre de feu et d'éclatement de ferraille sur arabesque de dérapage où l'homme doit remettre chaque jour en cause son courage et sa technique. Victoire de l'un pour l'émerveillement des autres, avec malgré tout, il faut bien le dire, ce morbide instinct collectif de l'attente du «mauvais moment» pour ne pas dire celui du drame, de l'accident; aspect négatif des masses face à toute forme de spectacle où le risque tient une place majeure. Cela fait partie intégrante du besoin de sueurs froides collectives et le spectacle continuera tant qu'il y aura des hommes de cran!
«Je suis resté 8 ans dans ce «milieu du cirque» et j'ai participé à environ 100 spectacles. A chaque show on cassait 30 voitures en 2 heures... C'était vraiment du hard! De là, j'ai voulu monter ma propre équipe. Ainsi pendant 3 ans, j'ai encore fait des tournées avec des cascadeurs que j'avais formés. C'était la première fois qu'on pouvait lire sur les affiches: «Gil Raconis et ses cascadeurs... ».
Puis comme pour les cirques, le public s'est tourné vers une autre forme de spectacle statique
On entrait de plein pied par la grande porte dans l'air du home video et sa dévoramania dévastatrice.»
Pour Gil, comme pour d'autres gens du «spectacle», cela signifiait, soit la fin des tournées de ville en ville, soit la certitude d'une faillite automatique. L'histoire tourne inlassablement les pages du temps et nos héros du macadam se devaient de disparaître, dinosaures de ferraille... ou d'exercer leurs talents dans une autre direction. Ce que fit Gil.
«Mais pas question de quitter le métier», s'écriait-il. Aussi le seul débouché possible qui s'offrait à un cascadeur restait le domaine du cinéma. Mais ceci fait partie d'une autre histoire!

LES «FOUS DU VOLANT» FONT DU CINÉMA

Du spectacle de la rue au monde fermé du cinéma, le fossé qui les sépare est profond d'autant que dans l'industrie cinématographique les cascadeurs de spectacle ont fort mauvaise réputation, pour ne pas dire aucune réputation... Dans le métier, on veut des techniciens au travail précis et non des «fous furieux» à l'esprit kamikazes... Ce fut une période difficile dans laquelle va devoir s'engager Gil, mais qui finira par être payante, même si la manière d'y aboutir paraît peu orthodoxe.
«Pour faire la transition, j'avais opté pour une mauvaise solution aux regards des uns, mais qui parut brillante pour les autres. Je m'explique. Face à l'image que l'on se faisait de nous, les cascadeurs, il me fallait une carte de visite de choix; aussi je me suis attaqué au record du monde de saut en voiture qui, à l'époque, était d'une longueur de 58m50, et j'ai atteint la distance de 100m doublant ainsi presque le record mondial...»
Riche de ses 10 ans de spectacles et de son record du monde tout neuf, sa valise à la main, le voilà tapant aux portes des maisons de production parisiennes. Esprit tenace, Gil persévère malgré les galères du départ pour enfin décrocher un premier film dont le scénario lui colle à la peau comme un gant, puisqu'il s'agit d'endosser le rôle d'un cascadeur de spectacle.
C'est dans «Les Fauves» de Jean-Louis DANIEL qu'il va faire ses débuts cinématographiques en cassant 37 voitures. Les difficultés techniques des cascades tout au long du film furent telles que dans le milieu professionnel on s'est posé la question de savoir qui était derrière cette réussite. Gil venait d'obtenir sa véritable carte de visite et rompait avec l'image de «l'incontrôlable», qu'il n'était pourtant pas, pour accéder à celle du technicien dont la qualification se mesurait à la hauteur de la précision de son travail.
Sur 8 années de cinéma, il signait ainsi près de 80 films, comme «Tir groupé», «Les Spécialistes», «Marche à l'ombre»... et bien d'autres encore.
Les courants cinématographiques varient selon les modes et les films d'action devenaient plus rares, aussi les recettes furent moins conséquentes. Gil, bénéficiant de temps libre, eut l'occasion de rencontrer le PDG d'une société de sécurité. Du dialogue naquit le projet de former des gens pour leur «sauver la vie dans les situations d'attentats terroristes». Le premier stage de conduite anti-agression Gil RACONIS voyait le jour.

POINT DE CHUTE:SÉCURITÉ!

Participer à l'élaboration d'un stage de conduite de sécurité est une chose mais enseigner en est une autre. Cet aspect du métier était nouveau pour Gil qui se demandait avec anxiété comment réagir face à des stagiaires, des chauffeurs qui à l'époque s'occupaient de très Hautes Personnalités. A ce sujet, il me confiait: «Pour ce premier stage, j'étais impressionné par la position sociale de ces gens, sans faire la différence entre le rôle du chauffeur et celui de la personnalité qu'ils conduisaient. J'associais inconsciemment les deux, je me demandais comment, moi, petit cascadeur, je pourrais enseigner à ces gens-là. Et puis finalement je suis resté naturel, sans jouer un rôle et le feeling est passé. Le stage en fin de compte a très bien fonctionné et j'ai appris qu'un
moniteur qui sait être naturel en poussant des coups de gueule justifiés, passe beaucoup mieux que de jouer à l'enseignant avec un langage artificiel pour se donner une position sociale vis à vis des élèves.
De plus, je suis un moniteur qui fait, c'est-à dire que je montre toujours aux stagiaires ce qu'il faut faire et comment réussir la technique pour obtenir le bon résultat. Ce que j'enseigne, je le vis d'abord devant les autres.»
Depuis le premier stage en 1986, quelques 380 stagiaires sont passés au volant de Gil RACONIS. Parmi eux, on compte les chauffeurs de M. CHIRAC, M. GISCARD, M. FABIUS, et ceux des Ministres en activité, des Sénateurs, des Ambassadeurs, des banquiers, des PDG des grands groupes industriels... en général toute Haute Personnalité pouvant être classée comme «personne sensible».
De cascade en cascade, Gil a bien voulu se prêter à un question-réponse et nous allons aborder la vue d'ensemble d'un stage de conduite antiagression.
SECURIMAG- On entend souvent dire du stage de Gil RACONIS qu'il est «unique en Europe». Quelle signification donner à ces propos?
Gil RACONIS- Des stages de sécurité, il y en a des dizaines en France, mais pour la plupart d'entre eux, ce sont des cours spécifiques de conduite rapide ou des stages techniques. Pour parler de notre stage, il est unique dans le sens où l'on passe dans le «hard», par rapport aux autres stages. Du point de vue humain nous demandons le maximum à nos stagiaires, c'est-à dire qu'ils vont devoir rouler sur deux roues, sauter des tremplins, et percuter d'autres voitures... C'est aussi des poursuites comme dans Starsky et Hutch avec toute la technique pour réussir. Dans les autres stages, on vous donne des véhicules neufs et il faut les rendre indemnes. Pour notre part, nous prenons des voitures à la casse et nous les détruisons complètement. Le stagiaire est en condition réelle; il enfile un casque, une paire de gant, boucle sa ceinture de sécurité et va au carton!
S- Il se dit également que ce stage est fait pour la cascade, et qu'il n'a rien à voir avec de la conduite de sécurité. Que répondre à cela?
GR- La réponse sera simple. Cela fait 20 ans que je fais de la cascade, des tonneaux (j'en ai fait jusqu'à 18 d'affilée), j'ai dû cassé plus de 10 000 voitures, j'ai fait 82 ou 83 sauts, dont celui du record du monde, je me suis retrouvé dans des voitures en flamme (2 000 ou 3 000) et ceci aussi bien en percussion, en tonneaux, ou en explosion de voiture en plein vol, et je n'ai jamais eu une seule égratignure car j'adopte une position de sécurité à l'intérieur de la voiture qui me protège de tous les coups que je pourrais recevoir. Le secret de la réussite est là! Alors, sur le plan sécurité, à ceux qui m'accuse de faire un stage de cascadeur, je réponds non! En tant que professionnel expert en la matière, je suis un acrobate qui a suffisamment de réflexes et de connaissances techniques pour éviter tous les accidents. De plus la conduite anti-agression a pour rôle essentiel de «passer» dans les conditions extrêmes. Le boulot et la responsabilité d'un chauffeur VIP est d'être prêt à toute forme de «blocage», d'interception, ou de poursuite. Et nous, nous sommes là pour lui apprendre non seulement cette technique, mais à lutter contre l'appréhension pour pouvoir réussir des passages en force. Toute cette pratique est entrecoupée de théorie dispensée par Claude BOUCHER, spécialiste depuis de longues années des Hautes Personnalités.
S- Sur la durée d'un stage de 3 jours, quels sont les différents niveaux techniques et la montée en stress pour en arriver à l'exercice final: celui de la percussion?
GR- Les premiers moments sont réservés à une grande discussion avec les stagiaires, qui me permet de tous les analyser et de déterminer ce que chacun peut ou ne peut pas faire. Puis j'associe chaque individu à un type de véhicule. Par exemple, celui qui a peur, je lui confie une grosse voiture et celui qui me paraît être un peu «Fangio», en reçoit une petite pour qu'il se sente moins en sécurité et reste plus sur ses gardes. La bonne répartition du matériel mécanique est très importante. Cette méthode permet de rassurer les stagiaires et progressivement de les faire aller au-delà deleurs possibilités de base, tout en gardant une certaine unité de niveau pour la cohérence de l'ensemble du stage.
Puis nous passons à l'étude des différents comportements au volant. Je rectifie les positions des mains, du corps, du siège... et débute la première mise en situation. Vient ensuite le travail de gymkhana autour de cônes et le «déséquilibrage» volontaire des véhicules. Cette base enregistrée, nous attaquons le «passage de couloir étroit» dont le résultat final se traduit en fin d'exercice par une marge de 2 cm de chaque côté du véhicule. Les premiers passages sont exécutés à 20 km/h et se terminent à 60 km/h. Il faut savoir viser juste avec une voiture!
A ce niveau, nous arrivons sur une partie technique qui est sans doute la plus longue à assimiler: les dérapages avant et arrière et le «contrôle» parfait de ceux-ci.
Puis on travaille en endroit «fermé» ou «étroit» avec des voitures, des cibles, des obstacles. A ce moment-là le stagiaire réalise les difficultés, car tout ce qu'il a réussi en terrain dégagé, il le manque systématiquement sur cet atelier. Il faut être vigilant pour ne pas «casser» l'élève et le rassurer afin qu'il surmonte ce stade critique. Alors, maîtrisant technique et stress, nous pouvons nous attaquer à la partie «hard» qui débute par de la «poursuite» et se termine par de la «défense» en utilisant la voiture comme arme. Il faut être capable de «frapper» une voiture qui vous double et veut vous «serrer», d'échapper à un «blocage», de faire un tête à queue en marche avant, de pousser une voiture... Le dernier jour, tous doivent être capables de s'attaquer aux collisions pour terminer sur le passage en force d'un barrage de voiture.
S- Quelle est «la» recommandation que l'on peut, faire aux chauffeurs de sécurité?
GR- Avant tout, je e tiens à préciser que ce n'est pas en 3 jours de stage que les élèves maîtriseront parfaitement la technique pour toute forme de situation. Le but, qui fait partie du conseil que je pourrais donner, est qu'ils comprennent qu'il est possible de sauver sa vie et celle de son VIP en cas d'agression. Cela passe par la position à tenir pour n'avoir aucune blessure et par le dépassement de l'appréhension de la riposte. Pour ce faire, tout chauffeur de sécurité doit considérer son véhicule comme une arme et donc savoir en disposer avec la responsabilité que cela comporte. A savoir que dans une situation critique, je demande d'éviter le «choc» le plus possible et de penser à la «fuite». La percussion doit être le dernier recours mais sans perdre de vue que le rôle essentiel d'un chauffeur de Haute Personnalité à risque sera de ne jamais s'arrêter! Cela demande, outre la connaissance technique et la maîtrise morale de l'individu, des heures d'entraînement et un regard exercé à tout ce qui est autour du véhicule. La vitesse d'analyse des situations à risque et la rapidité du choix de la réponse à envisager sera parfaite le jour où le chauffeur exercé possédera cette rapidité d'esprit comme un réflexe naturel. D'ici là, la route est longue!

PREMIER JOUR

Partie pratique:
- Epreuve de maniabilité: parcours de gymkhana balisé par des cônes à vitesse progressive, en marche avant et en marche arrière.
- Passage en couloir étroit balisé par des cônes à vitesse
progressive.
- Passage en couloir étroit balisé par des véhicules à vitesse progressive.
- Initiation aux dérapages contrôlés en marche avant. Partie théorique:
- Relative aux véhicules: Réaction des véhicules, points forts, points faibles, comportement au choc, d'un bon usage des pneumatiques, les ceintures de sécurité, la position de sécurité.
- Relative à l'agression: Approche du phénomène de l'agression et de la menace, identification des différents types d'agresseurs et leur méthodologie, étude de cas concrets.

DEUXIÈME JOUR:

Partie pratique:
- Révision des dérapages
contrôlés en marche avant.
- Initiation aux dérapages contrôlés en marche arrière.
- Poursuite entre deux véhicules dans un parcours balisé par des véhicules.
- Passage de rampe simple (deux roues).
- Passage de rampe double (saut de tremplin).
- Dégagement sur tentative de blocage d'un véhicule (tech-
nique douce).
Partie théorique:
Les parades à l'agression. Principes d'un dispositif de sécurité.
Les mesures de sécurité: les points à respecter ou «les dix commandements» du chauffeur de sécurité.

TROISIÈME JOUR:

Partie pratique:
- Dérapage de précision:
passage étroit et contre obstacle.
- Dégagement sur tentative de blocage d'un véhicule (technique offensive).
- Conduite offensive: passage en force d'un barrage formé par deux véhicules (collision à 50 km/h).
Partie théorique:
- Sensibilisation au risque
d'attentat par explosif (véhicule piégé).
- Visite de sécurité d'un véhicule

A suivre .....

Si vous connaissez Gil Raconis ou vous savez ce qu'il est devenu ,invitez le à venir repondre à son interview ou donnez nous des nouvelles


Last edited by Christophe on Sun 4 Jan - 15:34:43 (2009); edited 4 times in total
Back to top
Visit poster’s website
Publicité






PostPosted: Wed 28 Feb - 00:25:06 (2007)    Post subject: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
PAPA FALCON
Guest

Offline




PostPosted: Wed 28 Feb - 09:14:11 (2007)    Post subject: L'interview de la semaine Gil Raconis Reply with quote

J'ai rencontré Gil RACONIS dans les années 1990, alors qu'il était instructeur en conduite anti-agression (chauffeur de sécurité) au sein de l'organisme de formation AIR Formation (Académie International du Risque) dirigé à l'époque par Monsieur Claude BOUCHER (directeur des formations, ex formateur au sein du Service des Voyages officiels de la Police Nationale).

AIR Formation était une des nombreuses filiales de VHP Security, groupe regroupant en son sein :

    KO International (protection de personnalités)
    SAI (Sécurité Assistance International) : société de sécurité des biens et des personnes.
    CEDES France : matériel de sécurité
    ISIS : société d'investigation et de renseignement économique.
    et une dernière société, dont le nom m'échappe, dédiée à la vente et à la location de limousines blindées.


Le stage organisé était précurseur à l'époque et répondait à une demande des chauffeurs d'élus et d'hommes clé au sein des grosses entreprises traumatisés par les assassinats de Georges BESSE et du général AUDRAN par ACTION DIRECTE.

De nombreux chaufeurs d'autorités sont passés entre les mains de Gil RACONIS et Claude BOUCHER, sans oublier Jean Marc CHEVERINI, mécano hors pairs et reconditionneur d'épaves pour les exercices de percussion.

Après avoir obtenu le permi de conduire civil et avoir effectué un service militaire comme circulateur routier (conduite quotidienne de jeeps et/ou de motos), je doit avouer que j'estime avoir réellement appris à conduire à l'occasion de ce stage exceptionnel et précurseur, qui m'a été payé par l'entreprise qui m'employait à l'époque.

Il me semble avoir lu que Gil RACONIS avait monté sa propre structure : STARC et après plus de nouvelles...

La pochaine fois que je vois Claude BOUCHER, je lui demanderai s'il a des new's.

@ + Christian
Back to top
Christophe
Animateur

Offline

Joined: 17 Feb 2007
Posts: 555
Localisation: Belfort / Paris

PostPosted: Thu 25 Sep - 21:48:06 (2008)    Post subject: L'interview de la semaine Gil Raconis Reply with quote

Je suis très chagriné de vous apprendre le décès de Gil Raconis le 29 juin 2008, je l'ai découvert sur internet par hasard.

Gil était un pionnier dans la conduite anti agression, il a formé plus de 400 chauffeurs, j'ai moi meme été inspiré par certaines de ses techniques dans mes formations.

Sincères condoléances à sa famille.



Last edited by Christophe on Thu 30 Apr - 02:01:43 (2009); edited 1 time in total
Back to top
Visit poster’s website
PAPA FALCON
Guest

Offline




PostPosted: Sat 27 Sep - 10:06:12 (2008)    Post subject: L'interview de la semaine Gil Raconis Reply with quote

Paix est son âme !
Un cascadeur, un formateur et un homme hors norme...

Christian DEFOURNEAUX
Back to top
CPA
Animateur

Offline

Joined: 19 May 2008
Posts: 1,498
Localisation: FRANCE

PostPosted: Fri 31 Oct - 03:40:55 (2008)    Post subject: L'interview de la semaine Gil Raconis Reply with quote

RESPECT
Back to top
Visit poster’s website
Contenu Sponsorisé






PostPosted: Today at 12:30:31 (2019)    Post subject: L'interview de la semaine Gil Raconis

Back to top
Display posts from previous:   
Post new topic   Reply to topic    www.asphalte-protection.com Forum Index -> Les interviews de spécialistes -> Interviews / Rencontres All times are GMT + 1 Hour
Page 1 of 1

 
Jump to:  

Index | Free forum | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Conditions générales d'utilisation