Un métier à part et peu reposant : chauffeur de ministre

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    www.asphalte-protection.com Index du Forum -> Les interviews de spécialistes -> Interviews / Rencontres
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 17 Fév 2007
Messages: 715
Localisation: France

MessagePosté le: Lun 3 Mai - 22:18:48 (2010)    Sujet du message: Un métier à part et peu reposant : chauffeur de ministre Répondre en citant

Un métier à part et peu reposant : chauffeur de ministre.



Les chauffeurs de Michel Daerden et de Melchior Wathelet (Belgique) se confient.

Le quotidien d’un ministre en Belgique (ou ailleurs) est fait de très nombreux déplacements quotidiens en voiture. Et, afin de pouvoir compulser leurs volumineux et arides dossiers durant ces heures perdues, les membres des exécutifs disposent de chauffeurs. Qualités requises : un dévouement jour et nuit, ne pas avoir peur de la pédale d’accélérateur et, surtout, savoir se taire

Deux chauffeurs de ministres fédéraux, celui de Michel Daerden et celui de Melchior Wathelet, ont accepté de nous expliquer leur vie professionnelle (très) bien remplie. Précision : le cabinet de Didier Reynders a refusé cette interview.


"Pour être le chauffeur d’un ministre, il y a une règle simple : on peut tout voir, tout entendre mais il ne faut jamais rien dire", explique Jean-Paul Rigo, le chauffeur de Michel Daerden (PS) depuis 15 ans et son plus ancien collaborateur de cabinet.

À bientôt 60 ans, Jean-Paul Rigo se considère comme un chauffeur de la vieille école. "J’ai appris le métier grâce à Alphonse, le chauffeur d’André Cools. C’est lui qui m’a tout expliqué. Oui, je suis de la vieille école : par exemple, je ne mets jamais le GPS. En cas d’embouteillage à Bruxelles, je passe par les petites routes que je connais par expérience".

Autre génération, autre conception du métier. Antonio Vingolato a 35 ans : il conduit Melchior Wathelet, le secrétaire d’Etat fédéral au Budget (CDH). "Au niveau des horaires, par rapport à un parlementaire wallon qu’il faut conduire une fois ou deux par semaine à Namur, c’est vraiment dur, confie-t-il. E n plus, on doit subir les embouteillages bruxellois. Résultat : c’est plus qu’un job à temps plein ! Or, j’ai une petite fille de 4 ans... Même si j’ai la chance de travailler avec quelqu’un de très correct, je ne pourrai pas faire ce métier toute ma vie".

La journée-type d’un chauffeur de ministre : levé à 5h, parti à 6h, des journées de 15 heures et retour à la maison, au mieux, vers 21h. Souvent, ce job relève de la mission impossible. "On roule rarement à 120 km/h pour des obligations de timing très serré. Par exemple, le ministre doit être à Bruxelles à 14h puis à Anvers à 14h30 Donc, aucun chauffeur ne respecte les limites de vitesse, explique Antonio Vingolato. Avec les embouteillages en plus, ce n’est pas évident Face aux files bruxelloises, le chauffeur de Didier Reynders utilise le gyrophare parfois de façon abusive, mais nous, on attend comme tout le monde !" Conséquence : quelques couacs Melchior Wathelet a notamment raté l’avion qui devait l’emmener rencontrer Angela Merkel, la chancelière allemande.

Tout comme le conducteur de Michel Daerden, Antonio Vingolato estime que la meilleure des attitudes dans son métier, c’est le silence. "Heureusement, c’est dans ma nature de ne pas m’épancher. J’ai déjà entendu des choses très importantes pour l’avenir du pays et je n’en ai même pas parlé à ma femme ", nous a-t-il déclaré.

Accompagner un dirigeant dans tous ses déplacements peut aussi être gratifiant. Le chauffeur du ministre fédéral des Pensions (en bref, "Papa") se souvient : "j’ai vécu de grands moments avec Michel Daerden. Par exemple, je suis allé à l’Elysée, explique Jean-Paul Rigo. Michel Daerden, contrairement à d’autres, ne m’a jamais laissé dans la voiture. Il m’a toujours fait partager les repas d’affaires auxquels il se rendait".

Quand on suit une personnalité politique d’aussi près, forcément, cela crée des liens. C’est particulièrement vrai pour le collaborateur de Michel Daerden. "Je serai bientôt pensionné mais je vais rester en contact avec lui. Il pourra m’appeler jour et nuit, je serai toujours à sa disposition pour le conduire. Je ne pourrai jamais l’oublier".

Source : www.lalibre.be
( 12/10/2009)
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Lun 3 Mai - 22:18:48 (2010)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    www.asphalte-protection.com Index du Forum -> Les interviews de spécialistes -> Interviews / Rencontres Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation