Limoux. Jacques Pech , dans l'ombre du président Mitterrand

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    www.asphalte-protection.com Index du Forum -> Les interviews de spécialistes -> Interviews / Rencontres
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
CPA
Animateur

Hors ligne

Inscrit le: 19 Mai 2008
Messages: 1 494
Localisation: FRANCE

MessagePosté le: Ven 11 Nov - 08:11:28 (2011)    Sujet du message: Limoux. Jacques Pech , dans l'ombre du président Mitterrand Répondre en citant

Limoux. Jacques Pech , dans l'ombre du président Mitterrand



À gauche du président François Mitterrand, la main sur l'oreillette Jacques Pech, en 1995 pour les finales du championnat de France de rugby. Photo DDM


La vie extraordinaire du co président de Limoux XIII Jacques Pech, ancien garde du corps de président François Mitterrand, pour la première fois l'homme se livre.

Vous l'avez peut-être rencontré sur un terrain de rugby sans le voir .Pudique et discret ce n'est qu'une fois bien installé dans sa retraite audoise, de retour parmi les siens, en famille et dans son club treiziste limouxin, qu'enfin aujourd'hui ce vrai modeste au regard bleu acier, adouci par le temps, raconte ses années Mitterand. Cet homme de l'ombre, a eu une vie professionnelle hors du commun, un roman d'aventure avec ses risques et ses rebondissements.

Né dans le Minervois Jacques Pech est entré dans la police comme gardien de la paix en 1974 il gravit tous les échelons tranquillement sans ambition démesurée, devient CRS en 1976 à Carcassonne et après un détour sur l'île de la Réunion passe le concours d'inspecteur de police où il est reçu et nommé à Paris dans le 11e arrondissement. C'est là, nous sommes en 1989, que sa vie bascule, le cabinet du ministre de l'intérieur le convoque et CPA Joxe lui demande d'intégrer le groupe de sécurité de la présidence de la République.

 Une fonction qui va bouleverser sa vie et changer totalement sa vision des êtres et du monde : « Je ne sais pas si j'aurais pu le faire pour tous les présidents, mais pour François Mitterrand je n'ai pas hésité et le temps m'a donné raison. » Jacques Pech sera avec quelques autres de la première garde rapprochée du président François Mitterrand pendant son deuxième septennat. Une vie à ses côtés sept jours sur sept, de nuit comme de jour, c'est dire si les deux hommes se sont regardés vivre. « L'homme et la fonction ne faisaient qu'un, son immense culture donnait une autre dimension à son humanité. Un jour le président m'a demandé si je savais qu'à Minerve, haut lieu du catharisme deux cours d'eau traversaient le village? Et quelques jours plus tard il m'a offert de sa bibliothèque de Latché la première édition des Citadelles du Vertige de Michel Roquebert, en noir et blanc. » Des souvenirs exquis comme des gourmandises que Jacques Pech déguste à l'envie encore et toujours .

 Il se souvient de tous ces illustres qui l'a croisés dans les Landes ou à Gordes dans le Vaucluse et de leur hôte prestigieux accompagné de son chien Baltic conduisant sa vieille Renault Rodéo pour aller au golf à Hossegor avec Jacques Pech à ses côtés. Le monde à l'envers, le garde du corp se faisant conduire. L'audois n'oubliera pas ce président qu'il avait servi avec abnégation et rigueur, à son retour au pays en 1995 il l'invite à Minerve, leur point de jonction, mais François Mitterand finalement ne viendra jamais à Minerve, emporté pas la maladie en janvier 1996. Aux commandes des renseignements généraux audois , Jacques Pech change de monde retrouve ses racines. Parfois aux côtés des organisations syndicales viticoles et agricoles des copains d'enfance ou presque, une autre façon d'apréhender la vie.Plus proche de ce qu'il connait.

Quand la colère gronde chez les vignerons, il retrouve ceux qui comme lui se rappellent des évènements de Montredon en 1976(la mort avait fauché dans chaque camps). Des souvenirs cruels qui donnent de l'intelligence aux relations difficiles, lui jeune CRS devant les vignerons. Jacques Pech devenu commandant finit sa carrière avec des regrets: « je n'avais pas envie de partir.J'aurais tant voulu jouer les prolongations.Mais peut être que pour ma famille, c'était mieux. J'ai loupé tant de Noëls,d'anniversaires que le temps était venu de poser définitivement mes valises.»Des valises qu'il a ouvert comme un livre qui reste a écrire.


ladepeche.fr
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Ven 11 Nov - 08:11:28 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    www.asphalte-protection.com Index du Forum -> Les interviews de spécialistes -> Interviews / Rencontres Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation