Sébastien Doco, chauffeur du Festival du Film d'Arras

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    www.asphalte-protection.com Index du Forum -> Les interviews de spécialistes -> Interviews / Rencontres
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 17 Fév 2007
Messages: 715
Localisation: France

MessagePosté le: Jeu 14 Nov - 12:09:00 (2013)    Sujet du message: Sébastien Doco, chauffeur du Festival du Film d'Arras Répondre en citant

Sébastien Doco, chauffeur de stars pour une ex-Bond girl, Arthur Penn, Benoît Poelvorde…

Chaque jour, nous allons à la rencontre d’un acteur dans l’ombre ou la lumière. Aujourd’hui, un chauffeur dans l’ombre, Sébastien Doco, qui a transporté de nombreux acteurs en pleine la lumière, eux.



En 2000, il a 20 ans. Passionné de cinéma, le Douaisien vient voir Francesco Rosi au festival d’Arras. Il devient bientôt adhérent de l’association Plan Séquence, puis administrateur, trésorier et vice-président depuis l’an dernier. Parallèlement, de 2006 à 2012, il a fait le chauffeur de stars pendant la durée du festival.« Il y avait un besoin de chauffeurs. Quand j’ai commencé, on était deux bénévoles. Aujourd’hui, ils sont quatre salariés. » Le signe de « besoins grandissant : on accueille de plus en plus d’invités. »

Pour cette mission il faut être « discret » et chaleureux à la fois. « On est les premiers à accueillir nos invités, il faut soigner le contact. Chacun doit être reçu comme le meilleur invité. » Les chauffeurs du festival vont chercher les invités à la gare d’Arras, pour ceux qui arrivent de Paris en TGV, à l’aéroport de Roissy, à Lille, en Belgique, à Paris. Mardi, Denis Malhaprez, un des quatre chauffeurs cette année, a retrouvé Joey Starr à son domicile parisien, où il l’a reconduit après sa brève prestation arrageoise. À l’aller, pas un mot ou presque : l’acteur a profité du trajet pour dormir.

Sébastien Doco se souvient d’une comédienne « inaccessible », mais retient surtout la gentillesse de la plupart des gens du cinéma qu’il a approchés. Mélanie Laurent, venue de Lille, l’a questionné sur le déroulement de la soirée à venir. « On a beaucoup discuté. » Il garde un bon souvenir de Jacques Gamblin et Vincent Lindon, « arrivés fatigué et repartis boostés par la salle ». Ce dernier, venu pour la soirée d’ouverture en 2001, était reparti « enchanté, enjoué par l’accueil et les réactions du public ». Des « moments forts » pour le jeune homme, qui se souvient aussi d’une longue discussion avec Clovis Cornillac, venu présenter Les Cinq victoires. Responsable adjoint des services juridiques au conseil général du Nord, Sébastien Doco avait parlé avec l’acteur lyonnais « de marchés publics », le sujet du film, mais aussi « de foot, de sport ». « Il m’avait demandé où il pouvait aller courir le lendemain. »


« Satisfaire leurs envies »

Les questions les plus fréquentes concernent les places d’Arras et leur histoire. « Avec l’espace illuminé le soir, c’est l’émerveillement à coup sûr ! Les invités qui ne connaissent pas encore sont très surpris d’y voir un décor de cinéma. » L’organisation du festival « répond à la demande » des producteurs « afin de pouvoir satisfaire les besoins, les envies des réalisateurs ou acteurs ». Sébastien Doco a emmené John Boorman visiter la carrière Wellington et Arthur Penn se recueillir au monument de Vimy. La présence dans sa voiture du réalisateur britannique (Excalibur), et plus encore celle de son homologue américain (Bonnie and Clyde, Little Big Man) ont marqué le chauffeur, « très, très impressionné par la simplicité de cet immense réalisateur (Arthur Penn) ». Il a aussi apprécié Bernadette Laffont (« une grande dame ») et l’ex-James Bond girl Jacqueline Bisset, venue en 2011 : « Gentille, simple, toujours souriante. Elle avait prolongé son séjour à Arras pour voir des films. »

Presque à chaque fois, c’est un « super souvenir ». Avec une mention spéciale pour Benoît Poelvorde, le faciétieux comédien belge. « C’est mon meilleure moment. J’étais allé le chercher au Grand Rex, à Paris. C’était pendant les grèves de la RATP et de la SNCF. On a passé beaucoup de temps dans les bouchons. Il était monté devant, avec l’équipe de production ; il avait son chien avec lui. J’ai pu voir le Benoît Poelvorde de la télé, avec son éxubérance. Avant de repartir d’Arras, il est venu nous saluer, les chauffeurs, et nous remercier. »


Source : www.lavoixdunord.fr
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Jeu 14 Nov - 12:09:00 (2013)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    www.asphalte-protection.com Index du Forum -> Les interviews de spécialistes -> Interviews / Rencontres Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation